Frédéric Sorgue

Posts Tagged ‘marketing’

Conso conseil

In Mauvais esprit on 13 juillet 2012 at 8:48

Fixement, où s’entrelacent les trajectoires – je convoquerai les objets plus tard – l’axe du mal se déplace vers les transports aériens, les fluctuations boursières, les échanges internationaux, les impératifs de l’accomplissement personnel…

Je n’ai presque plus rien à raconter.

Je suis libre de rester avachi sur le canapé (acquis grâce au crédit cofidis) et de pénétrer peu à peu en méditation médiatique, libre de référencer les catastrophes et de décompter scrupuleusement les morts, les disparus, les blessés, les oubliés, les rescapés, les témoins de l’odyssée humaine facturée trente euros mensuels par mon opérateur télé-satellite.

Plus tard, il faudra s’extraire de l’appartement et gagner à découvert l’hypermarché.

J’avoue être particulièrement doué pour établir des listes de courses performantes. L’ordre des produits est déterminé par leur emplacement sur mon parcours entre les portes coulissantes et le tapis des caisses, où je les dispose selon des catégories qui faciliteront ensuite le rangement dans les placards de mon domicile.

Derrière mon front, la carte précise de la grande surface scintille en sur-brillance.

Lire la suite »

Aigrefin – Fragment d’un dictionnaire farfelu

In Mauvais esprit on 23 février 2012 at 9:02

La crise financière n’aura vraiment servi à rien… Pas même à remettre au goût du jour le doux mot d’aigrefin !

Nom masculin du XVIIe siècle, aigrefin désigne aujourd’hui encore un virtuose de l’escroquerie. Homme rusé, vivant d’industrie ou d’affaires, ce faisan plume de malheureux pigeons en leur vendant des placements à des taux surréalistes, avant de dilapider leurs fonds et de disparaître avec leurs espoirs.

Exemple : Aucun gogo ne s’est assez défié de Madoff, le plus grand aigrefin de la mondialisation.

Jouant à la fois de la naïveté et de l’avidité de ses victimes, ce maître arnaqueur n’est plus le bonimenteur des marchés du XVIIe qui refilait à la ménagère ses philtres et panacées. L’aigrefin officie aujourd’hui sur la Toile où, moyennant petit clic et gros chèque, ce magouilleur du marketing promet à ses proies crédules des hanches plus fines et un pénis plus long !

Et gaffe à vos pécules : de nos jours, le malandrin peut aussi se trouver vêtu du même accoutrement que votre conseiller financier et dégainer à l’envi du crédit revolving ! Carotteur d’agio et brigandeau du taux révisable, il promettra de vous sortir la tête du découvert en la recouvrant de dettes supplémentaires.

Par contre, si c’est à l’étal de votre mareyeur que vous croisez l’aigrefin, vous pouvez alors lui faire toute confiance ! La chair blanche et feuilletée de ce poisson tiendra toutes ses promesses dans vos assiettes. C’est de son nom seulement qu’il faut se méfier puisqu’il se nomme aussi aiglefin, lieu, âne, bourricot ou, mille sabords, haddock lorsqu’il est fumé !

Frédéric Sorgue