Frédéric Sorgue

Posts Tagged ‘bonheur’

Brièvement heureux

In Mauvais esprit on 23 janvier 2013 at 9:20

D’un côté, la vie est froide. Elle possède des formes précises. A cet endroit, la souffrance existe. Cubique. Un morceau de viande surgelée. Elle ressemble à un tas de pierres. Nous portons ces pierres au fond du ventre et nous avançons. Effort, concentration, courage, silence. Nous creusons notre chemin en fixant l’enchaînement machinal de nos pas. Prisonniers sous le ciel sans limite, nous remâchons constamment la même certitude. L’unique. Nous ne risquons plus rien maintenant que nous allons mourir. Nous ne risquons même plus le bonheur.

Ailleurs, la vie est comme du vent, un courant, ce brin d’air qui s’enroule autour des êtres et des choses, et tous les êtres, toutes les choses se métamorphosent sans cesse, on sent leurs transformations, on perçoit comme elles se reflètent au fond de nous-mêmes, et l’on ressent sans parvenir à le formuler que tous êtres et toutes les choses vivent et meurent dans ce souffle, et cette vertigineuse danse se poursuit, la souffrance apparaît brutalement, elle frappe, elle fouette, s’insinue, se répand, se claquemure, tournoie, gronde, brûle puis l’instant d’après, la souffrance éclate dans un cri. Au bout du cri, la joie redevient  possible. Et il arrive que l’on se sente très brièvement heureux.

Frédéric Sorgue

Licence CC by-nc-nd 3.0

L’abri de rien sur Tumblr

Sorgue sur Facebook

Le chemin de notre soif

In Mauvais esprit on 30 octobre 2012 at 10:05

La quête du sens est à l’origine de toutes nos merveilles et de toutes nos monstruosités.

Elle est cette étincelle qui permet parfois au quotidien de s’embraser et, grâce à ce que ce feu nous laisse de cendres, grâce à ce qui couve de notre espérance sous ces cendres, la quête du sens fait aussi du quotidien un lieu de vie à peu près tolérable.

Cette quête de sens est si impérieuse, essentielle, elle surgit de si profond en nous, de ce qu’on appelle avec bon sens les tripes, en prenant possession de notre volonté et de nos gestes, en nous obligeant à nous soucier d’elle, que le mot « quête » semble impropre : il laisse penser que ce besoin de sens proviendrait de l’âme.  Or si nous avions une âme, nous ne chercherions pas à trouver un sens, nous en jouirions simplement.

Quête est un mot noble, posé là par des hommes éclairés, conscients de l’état de perdition inhérent aux êtres doués de conscience, aussi bien que du besoin que cet état de perdition suscitera chez ces êtres tant qu’ils resteront en mesure de calculer le temps. Des hommes éclairés, certes, mais trop soucieux de morale et de bienséance pour choisir le mot qui sonnera juste aujourd’hui.

De nos jours, il n’y a plus de quête du sens, il y a la soif.

Dieu est mort pour l’instant mais il faut toujours se méfier de ce phénix. Quant à la Raison, elle fut une idole et, ainsi que toutes les idoles, elle vient à s’écrouler devant ses adorateurs en provoquant peur et allégresse. La délivrance.

Nous ne parviendrons pas plus à maîtriser le monde par la Raison que nous n’y sommes parvenus par la foi. Ce monde que nous avons découvert, cartographié, mécanisé, organisé, rationalisé de toutes parts nous glisse entre les doigts comme le sel de la colère d’un dieu. Cet échec même n’a pas de sens, malgré tout ce que nous savons.

On ne cherche plus d’ailleurs à trouver du sens : au fond de nous, nous savons obscurément qu’on échouera à établir une métaphysique durable. Cependant, on a soif de sens. On en a besoin. Le constat est  tragique mais il faut bien le dresser pour voir le chemin qui nous a menés là et choisir celui que nous arpenterons.

Le chemin de notre soif. Pas de source pour l’étancher. Il faudra se résoudre à vivre dans une profusion de phénomènes inintelligibles qui ne dévoileront jamais qu’ un Sahara de significations. Il faudra trouver des oasis de sens ailleurs, loin d’Allah, de Jésus, loin des dieux créateurs, dans des sphères qu’on ne soupçonne pas, en se rapprochant peut-être du Bouddha bonhomme, si nous pouvons en faire autre chose qu’un élément de décoration intérieure. Il faudra explorer, vigilant des mirages. Il faudra garder à coeur de faire le moins de mal possible à tout ce qui est vivant. Il faudra accepter le terme douloureux de la mort. Abandonner ces comportements d’une humanité adolescente, ces rêves de puissance, ces rêves américains et ceux qui les suivront, ce très prochain rêve chinois. Délaisser les idoles, les éclaireurs, les guides et les stars. Suivre parfois l’enseignement des singes, nos seuls pères. Puis s’appliquer à ne plus les singer. Se défaire des modèles. Boire l’insoluble des questions. Se désaltérer d’un bonheur sans réponse.

 

Frédéric Sorgue

Licence CC by-nc-nd 3.0

L’abri de rien sur Tumblr

Sorgue sur Facebook

Flash adoption homoparentale

In Mauvais esprit on 12 septembre 2012 at 10:17

Dans quelques années, quand les enfants de couples homos seront grands, les anti diront : “Regardez celui-là, il se drogue, il a tenté de se suicider et il est devenu gay… comme par hasard !” et les pro répliqueront : “Mais regardez plutôt celui-là comme il est équilibré, comme il a réussi. Et en plus, il est hétéro !”

En  clair, la vie continuera exactement pareille et ça n’aura strictement rien changé.

Il y aura des êtres heureux de leur histoire quelle qu’elle soit, et d’autres non.

Et ça restera un mystère même pour les psy.

C’est finalement assez secondaire la question de l’adoption homoparentale à mon sens.

Mais ça rassure toujours d’invoquer le bonheur à venir de nos bambins, de s’en sentir responsable.

On traite les enfants comme s’ils étaient démunis devant la vie, comme s’ils n’avaient pas leurs propres ressources. Et l’on s’étonne après qu’ils ne sachent plus comment faire pour vivre. Mais, au moins, on a l’impression d’être utiles, on a fait ce qu’on devait faire pour leur bonheur… Même si l’on est bien placés pour savoir qu’au fond leur bonheur, c’est comme pour le nôtre : on n’y comprend que dalle.

Frédéric Sorgue

Tous droits réservés ©

L’abri de rien sur Tumblr

Sorgue sur Facebook